Une pénurie de lait pour bébé tourne au tracas politique pour Biden

Spread the love

WASHINGTON | Alors que l’opposition républicaine la pilonne à ce sujet, la Maison-Blanche a promis jeudi d’agir pour faire face à la grave pénurie de lait pour bébé aux États-Unis. 
• À lire aussi: Une pénurie de lait pour bébé inquiète
Selon le fournisseur de données Datasembly, le taux de rupture de inventory de préparations de lait pour nourrissons a atteint 43 % à la fin de la semaine dernière.
L’exécutif américain envisage, entre autres, d’augmenter les importations, et ce bien que les États-Unis produisent 98 % du lait maternisé qu’ils consomment, rappelle-t-il dans un communiqué, sans donner de détails.
L’administration Biden dit aussi travailler avec les États pour alléger les contraintes administratives pesant sur les familles les moins fortunées, qui achètent le lait childish grâce à des bons alimentaires.
La Maison-Blanche indique enfin avoir demandé à l’autorité fédérale de la concurrence de se pencher sur les abus liés à cette state of affairs de pénurie, notamment la revente de lait childish en ligne à des prix très supérieurs à la normale.
Par ailleurs, le président américain Joe Biden s’est entretenu avec des représentants du commerce de détail et des producteurs de lait pour bébé, des conversations qualifiées de «productives et encourageantes» par une responsable de l’administration, qui n’a pas souhaité être nommée.
Elle n’a pas voulu toutefois dire combien de temps il faudrait pour que la state of affairs s’améliore.
L’opposition républicaine, en campagne avant des élections législatives en novembre, s’est emparée du sujet et pilonne l’administration Biden.
L’élue à la Chambre des représentants Elise Stefanik a ainsi affirmé lors d’une conférence de presse avoir contacté l’autorité concernée, l’agence américaine du médicament (FDA) dès février: «Joe Biden n’a aucun plan. (…) Lorsque nous avons posé la query à la Maison-Blanche à propos de la pénurie, ils ont ri. C’est honteux.»
«Le Missouri est l’un des six États américains où plus de la moitié du lait pour bébé est en rupture de inventory», a dénoncé sa collègue Ann Wagner, parlant de jeunes mères qui font du troc sur Fb pour s’en procurer.
Randy Feenstra, un élu de l’Iowa, a lui assuré que, dans sa région, des familles «faisaient 50, 75, jusqu’à 100 miles pour essayer d’en trouver» (soit de 80 à 160 kilomètres).
Le 17 février, après le décès de deux bébés, le fabricant Abbott a annoncé le «rappel volontaire» dans son usine du Michigan de laits en poudre, dont Similac, utilisé par des hundreds of thousands de familles américaines.
L’enquête a dédouané le lait visé, mais la manufacturing n’a toujours pas repris, aggravant la pénurie déjà provoquée par les problèmes plus généraux de la chaîne d’approvisionnement et le manque de main-d’œuvre.
La state of affairs est particulièrement critique pour les bébés dépendants de laits spéciaux, qui ne sont fabriqués que par Abbott, a souligné la Maison-Blanche.
Elle donne le chiffre de 5000 nourrissons dans ce cas, auxquels s’ajoutent des enfants et des adultes souffrant de maladies métaboliques rares.

Leave a Reply

Your email address will not be published.