Un second très touchant pour une équipe autochtone

Spread the love

Il n’est jamais trop tard pour une grande première, même après 62 ans. À ce jour, le tournoi worldwide de hockey pee-wee de Québec n’avait jamais accueilli une équipe entièrement composée de joueurs de la nation crie. C’est maintenant chosen faite et de brillante façon.
Les Bears de la nation crie sont loin d’avoir fait seulement acte de présence. Ils ont remporté leur duel de la classe BB face aux Barons de Québec Nord-Est par la marque de 5 à 4 en tirs de barrage. Tout un sens du spectacle !
« C’est un second très touchant pour nous. Il y a eu des joueurs cris ici, mais pas une équipe complète. C’est un honneur d’être ici. Nous sommes reconnaissants de tout le soutien que nous avons des gens à la maison. C’est une nouvelle expérience pour nos jeunes », a soufflé l’entraîneur William Saganash après coup.
Second chargé d’émotion
Not doable de ne pas saisir l’ampleur du second pour la communauté crie. 
Dans les cérémonies protocolaires d’avant-match, se trouvaient sur place Mandy Gull-Masty, grande cheffe de la nation crie, en compagnie du ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière et de Rémy Vincent, grand chef de la nation huronne-wendat. 
Dans ce contexte, à leur premier passage au Centre Vidéotron, les jeunes Bears ont paru quelque peu intimidés au départ, avant de se mettre en marche.
« Les jeunes étaient très excités à leur arrivée ici. Ils sont honorés d’être là. Au début du match, je les sentais nerveux. Ils ont fini par se calmer. »
« On ne s’attendait pas à une victoire, mais tout le mérite revient aux jeunes. Ce sont eux qui ont fait le travail. Pour eux, la glace est différente de ce qu’ils ont connu jusqu’ici, tout comme l’aréna. Tout est nouveau », a-t-il ajouté.
Pas évident
Il n’est certainement pas évident de rassembler une équipe entièrement crie. Si le noyau est concentré sur le territoire réservé de Waswanipi, dans le secteur de la Baie-James, il faut ratisser jusqu’à 900 km au nord pour compléterles effectifs.
« On rassemble les joueurs pour des précamps où on sélectionne des joueurs. Il y a aussi un tournoi où on procède à d’autres sélections. C’est un processus sur lequel nous travaillons tous ensemble comme nation crie. Pour quelques jeunes, c’est très loin donc ils restent à l’école et jouent au hockey dans leur région », a noté William Saganash.
Avec la LNH
C’est l’équipe créative de la LNH qui a procédé au design des chandails portés fièrement par les Bears, by means of le commanditaire Adidas. 
Dans les couloirs du Centre Vidéotron, les jeunes portaient aussi leurs survêtements officiels.
« On nous a fourni les chandails et tous nos survêtements. C’est quelque chosen que les joueurs n’avaient pas avant. On a reçu les vêtements juste avant Noël et tout le monde était heureux », a fait remarquer le pilote.

Les Bears reprendront l’movement vendredi matin (8 h) face aux Spartans de Saint-Laurent. Parions que ce n’est que le début d’une longue et prospère histoire avec le populaire tournoi.

Au programme aujourd’hui
Centre Vidéotron*
10 h 30 BB

Rive-Sud Particular 2 c. Aosta Gladiators

11 h 45 BB

Beauce-Etchemin Regroupement c. Saguenay Sag’s 2

13 h AAA

Photo voltaic County Panthers c. Adirondack Jr. Wings 

14 h 15 AAA

New England Prospects c. Burnaby Winter Membership Bruins

15 h 30 AAA

Los Angeles Jr. Kings c. Whitby Wildcats 

16 h 45 SCOLAIRE

Seacoast Academy Spartans c. Collège de Lévis Commandeurs

18 h BB

Équipe Québec Étoiles féminin c. Paris Evry-Viry

19 h 15 AAA

Québec Remparts c. Markham Majors

20 h 30 AAA

Slovakia Okay&B Stars c. Philadelphia Flyers

* Tous les matchs du jour sont disputés au Centre Vidéotron.
Riche expérience pour les jeunes Madelinots 
Il y a de la visite unusual à Québec cette semaine. Pour la quatrième fois seulement, une équipe des Îles-de-la-Madeleine débarque au tournoi pee-wee.
La dernière fois, c’était en 2017. Il faut savoir que pour les Madelinots, ce n’est pas une mince commande de construire une équipe. 
Sur tout le territoire des Îles-de-la-Madeleine, il y avait cette année un complete de 39 joueurs d’âgepee-wee. 
Parmi ce lot, il fallait monter une équipe double lettre, mais difficile d’évaluer les effectifs à disposition en tenant compte du fait qu’il n’y avait aucun match de saison !
« Les jeunes capotent »
L’Escouade, une équipe dirigée par Bernard Arseneau, s’est donc présentée au tournoi de la Coupe Desjardins à Chandler et a remporté les grands honneurs. 
Même scénario peu de temps après à la Coupe Dodge à Sept-Îles. 
Voilà maintenant l’équipe à Québec.
« Les jeunes capotent pas mal », a souri M. Arseneau, qui baigne dans le hockey depuis 45 ans.
« À half de ces tournois, on ne fait que pratiquer, donc je ne dirai pas qu’on vient ici pour gagner le tournoi, mais on ne se fera pas battre 12-0 », a ajouté celui dont l’équipe s’est imposée au compte de 8-2 hier soir face à Québec Nord-Est, en classe BB.
Belle entraide
Pour prendre half à ces trois tournois, il aura fallu amasser près de 200 000 $. Pour la Coupe Desjardins et la Coupe Dodge, des entreprises des Îles et des dons de particuliers ont rendu l’aventure attainable. 
Pour Québec, il a fallu faire appel à des fournisseurs de l’extérieur.
« C’est very important de faire ça pour que nos jeunes voient la lumière. Il faut leur démontrer qu’en restant à la maison, ils peuvent vivre de belles expériences. À mon avis, tu ne devrais jamais quitter le domicile familial avant le bantam », a opiné Bernard Arseneau. 
Pour les jeunes Madelinots, l’expérience est enrichissante, bien au-delà des résultats. 
Le périple dans la ville de Québec leur aura aussi permis de croiser le fer avec une équipe de la Lituanie dimanche et elle jouera contre les Bears de la nation crie aujourd’hui, dans les deux cas, il s’agira de matchs hors-concours.

Le tournoi, pour sa half, prendra fin le dimanche 15 mai. D’ici là, beaucoup de hockey se jouera ainsi que de nombreuses activités auront lieu sur place, au Centre Vidéotron.

Leave a Reply

Your email address will not be published.