Quels espoirs reste-t-il à Jean Charest?

Spread the love

Le chiffre s’est répandu comme une traînée de poudre. Pierre Poilievre aurait vendu 318 000 cartes de membre dans sa quête de la path du Parti conservateur.
On savait déjà qu’il était en avance. Mais, à ce rythme-là ? 
La query est sur toutes les lèvres : quels espoirs reste-t-il à Jean Charest ? 
Rouleau compresseur
L’exploit revendiqué par Pierre Poilievre est sans commune mesure au Canada. Il prétend avoir, à lui seul, triplé le membership du Parti conservateur en trois mois. 
Au Québec, par exemple, son équipe revendique 25 453 nouveaux membres. Toutes proportions gardées, c’est un rythme de croisière deux fois plus rapide que celui d’Éric Duhaime depuis un an ! Pour un député ontarien, inconnu des Québécois, disons que c’est inédit.
Et pourtant… serait-ce là l’explosion d’un ras-le-bol collectif d’une half grandissante de Canadiens, recrutés à coup de vidéos-chocs, de pétitions racoleuses sur les médias sociaux ? Possiblement, mais encore.
Mirage ?
Refusant de dévoiler leurs propres chiffres, les stratèges de Jean Charest en sont réduits à plaider que ceux de son rival ne sont que de la poudre aux yeux.
En effet, si Pierre Poilievre est si sure de l’emporter haut la principal, pourquoi lancer cette Opération intimidation contre ses adversaires ?
Est-il en prepare de tisser une toile à la Donald Trump pour plaider que l’élection lui aura été volée advenant une défaite ?
Au-delà des théories qui circulent, combien de ces membres instantanés se donneront la peine de voter ? 
C’est le mince espoir auquel s’accroche Jean Charest, une route vers sa victoire aussi étroite que le chat d’une aiguille.
Il lui faudrait miser à la fois sur une désaffection soudaine des membres Poilievre et un ralliement massif des partisans de Patrick Brown.
On parle ici d’un alignement des astres aussi superlatif que le recrutement de son adversaire populiste semble spectaculaire. 

Leave a Reply

Your email address will not be published.