Procès du tueur de l’Halloween: Quel skilled croire?

Spread the love

À l’étape des plaidoiries au procès de l’assaillant de l’Halloween, la défense a tenté de s’en prendre à l’skilled de la Couronne, le psychiatre Sylvain Faucher, dont les conclusions étaient biaisées selon Me Pierre Gagnon. 
• À lire aussi: Procès de Carl Girouard: le jury devrait délibérer dès lundi
• À lire aussi: Procès de Carl Girouard: Joute corsée entre le psy de la Couronne et la défense
Ayant présenté une preuve pour tenter de démontrer la non-responsabilité criminelle de Carl Girouard pour trigger de troubles mentaux, c’est l’avocat de la défense qui a débuté ses plaidoiries mercredi avant-midi. D’entrée de jeu, Me Gagnon a mis l’accent sur les qualités de son skilled, Dr Gilles Chamberland qui a selon lui une plus grande crédibilité que le Dr Faucher de la Couronne.  
Selon Me Gagnon, Le Dr Faucher était «en représentation» lorsqu’il s’est présenté devant le jury. «Il fallait qu’il ait une réponse à tout», a lancé l’avocat. Selon lui le Dr Faucher était en «mission» ou en «duel avec l’avocat». 
Biais 
Me Gagnon a notamment évoqué le fait que le Dr Faucher avait lui-même proposé l’experience du neuropsychologue William Pothier dont le rapport lui est parvenu avant de rencontrer l’accusé. Selon les conclusions du neuropsychologue qui a fait passer des assessments à Carl Girouard, ce dernier ne présente pas d’élément psychotique dans son mode de pensée.  
«Ça ne peut qu’entrainer un biais», a suggéré l’avocat. D’autant plus que les conclusions de ces deux consultants ne concordent pas avec ce que le DSM-5, le livre de référence en matière de psychologie, établit comme critère pour valider le bother de la personnalité narcissique.  
«La méthode different» proposée par les deux consultants de la Couronne pour conclure à un bother narcissique plutôt qu’à un délire psychotique «est encore sous investigation, n’est pas encore reconnue officiellement par le DSM-5», a poursuivi Me Gagnon. 
Délire 
L‘hypothèse soulevée par son skilled, le Dr Gilles Chamberland devrait donc être privilégié selon la défense. Selon cet skilled, Girouard souffre d’un bother du spectre de l’autisme qui a permis l’arrivée d’une schizophrénie chez l’accusé au passage à l’âge adulte.  
L’accusé était donc en plein délire psychotique au second des faits. «C’est quand le délire a été assez fort, puissant, que s’est matérialisé les événements du 31 octobre 2020», a plaidé l’avocat.  
Le procureur Me François Godin fera sa plaidoirie cet après-midi.   

Leave a Reply

Your email address will not be published.