Pantemis en model améliorée | Le Journal de Montréal

Spread the love

Depuis quelques rencontres, on assiste à une sorte de renaissance pour le gardien James Pantemis qui a retrouvé le poste de numéro un et qui, surtout, joue avec plus d’assurance et d’aplomb.
• À lire aussi: Le CF Montréal reste devant les New-Yorkais
• À lire aussi: Match des médias et des anciens du CF Montréal: un vent de nostalgie au Complexe sportif Claude-Robillard
Le gardien originaire de Kirkland avait perdu son poste de partant aux mains de Sebastian Breza en octobre 2021 après une fin de match difficile à Toronto.
Depuis, le gardien de 25 ans n’avait disputé que deux matchs de Championnat canadien, dont une lourde défaite de 4 à 0 en demi-finale, toujours à Toronto.
Le 16 juillet dernier, Wilfried Nancy a choisi de lui confier le however de l’équipe, et Pantemis a depuis disputé cinq des six matchs de l’équipe dans lesquels il est toujours invaincu (3-0-2).
Endurance
On pourra ainsi vanter la endurance de Pantemis qui ne s’est pas laissé abattre par la défaite de l’équipe en demi-finale du Championnat canadien en juin dernier.
« Bien sûr, ç’a été difficile de perdre 4 à 0, mais contre Toronto aussi, mais je sais que dans ce métier, il y a des changements, que ce soit une blessure ou un carton rouge. Il faut juste être prêt pour l’opportunité. »
Il est facile de penser que les derniers mois ont été un purgatoire pour le jeune gardien, mais il ne pose pas le même regard sur la scenario.
« Pour moi, c’était une opportunité de travailler sur des choses que je voulais améliorer. Je n’ai pas vu ça comme du temps gaspillé.
« Je voulais travailler sur mon jeu sur le terrain, mais aussi à l’extérieur du terrain. J’ai fait du travail de power dans le health club avec les préparateurs physiques. Je sens que j’ai bien bossé et je veux m’éclater. »

Photograph d’archives

Miguel Berry, du D.C. United, n’en revenait pas d’avoir été frustré par un arrêt du gardien du CF Montréal James Pantemis en juillet dernier à Washington.

Braveness
Wilfried Nancy a le don de prendre des décisions payantes, et celle de remettre Pantemis comme titulaire n’est que la dernière d’une longue liste.
« Je sens qu’il est bien, je veux une équipe qui est courageuse, a soutenu l’entraîneur-chef jeudi midi. Mais je n’oublie pas Sebastian parce qu’à Columbus, il a fait un gros match. S’il ne fait pas les arrêts, on ne gagne pas le match. »
Les deux gardiens de l’équipe sont jeunes, et Nancy ne déteste pas le fait qu’ils s’affrontent pour obtenir des minutes.
« J’aime voir mes deux gardiens qui sont capables d’entrer en compétition. J’ai déjà dit que j’aimais avoir un gardien premier et un deuxième. »
Bonne entente
N’allez pas penser que cette compétition interne mine la relation entre les deux jeunes hommes.
« On s’entend très bien ensemble, on se connaît depuis des années donc pour moi, ça ne change rien. Je me concentre sur la tâche que me donne le coach. »
N’empêche que sept mois se sont écoulés entre son dernier départ de la saison 2021 et le premier match de Championnat canadien de l’équipe, en mai dernier. Ce n’est pas facile mentalement, mais Pantemis reste stoïque.
« Je dirais que la place de gardien est l’une des plus difficiles sur le plan psychological. Pendant 89 minutes, tu peux ne pas toucher au ballon et à la 90e, je dois faire un arrêt pour sauver l’équipe. Ça se passe dans la tête et il faut que je reste concentré. »
Piette élargit sa palette
Par ailleurs, Samuel Piette montre aussi un nouveau jour cette saison avec sa contribution en attaque.
Ses deux passes décisives lors des deux dernières rencontres démontrent que sa palette de jeu est maintenant plus massive.
« Je voulais apporter quelque selected de plus à mon jeu, a confié Piette. C’est quelque selected que j’ai toujours eu, mais avec les joueurs qu’on avait ou le fashion qu’on jouait, ce n’était pas toujours attainable.
« Le centre que j’ai mis à Romell [à Houston], oui il faut le centre, mais il faut aussi un joueur à l’autre bout pour la mettre dedans sinon mon centre ne vaut pas grand-chose et on n’en parle pas aujourd’hui. »
Un chief
Wilfried Nancy n’a pas raté l’event de souligner les qualités de meneur de son milieu de terrain.
« C’est un exemple de management. C’est grâce à lui qu’on a des résultats. La cohésion qu’on a dans le groupe, c’est en partie grâce à lui. »
« Ça fait chaud au cœur, a répliqué Piette. Parfois, tu fais des trucs dont tu ne vois pas l’influence directement. J’essaie d’être un bon coéquipier, un bon capitaine, une bonne personne, un bon copain, un bon papa.
« Je pense qu’il n’y a pas que moi qui suis bon dans tout ça. Je sais que c’est cliché de dire ça, mais on a tellement un bon vestiaire, je pense que c’est le meilleur que j’aie connu depuis le début de ma carrière et je pense que ça se voit sur le terrain. C’est pourquoi on connaît du succès. »

Le défenseur Rudy Camacho ratera quelques semaines en raison d’une blessure à l’épaule. Il n’a cependant pas subi de fracture.

Leave a Reply

Your email address will not be published.