«On ne peut pas corriger 400 ans d’histoire en quelques semaines» – Ian Lafrenière

Spread the love

Advenant un second mandat caquiste, Québec pourrait légiférer sur les enjeux autochtones, a promis le ministre des Affaires autochtones, alors que le bilan de la première mandature du gouvernement Legault aura été «décevant» pour les Premières Nations.  
Au micro de QUB radio, le ministre des Affaires autochtones Ian Lafrenière a fait le level sur sa tournée des communautés autochtones qui lui auraient permis de mieux saisir les enjeux propres à chacune d’elle, à quelques semaines de la fin de son mandat.
En tournée dans la province, le ministre a rendu visite à 55 communautés autochtones, en évoquant avec elles notamment les enjeux liés aux violences conjugales, à l’exploitation sur mineurs et le manque de logements.
Concernant la centaine de logements manquant par communauté, chiffre partagé par le ministre lui-même, aucune resolution concrète n’a été suggérée. «Ça, c’est plate, mais c’est vraiment une responsabilité stricte du fédéral», s’est dédouané M. Lafrenière.
Promettant un projet de loi à l’concern des consultations estivales annoncées, le ministre a trouvé «particuliers» les propos de Ghislain Picard, chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador qui a qualifié son bilan d’«historiquement décevant».
«Face à tant de rebuffades, nous nous assurerons d’être entendus au cours des prochains mois et de la campagne électorale. Le respect de nos droits fondamentaux en dépend», avait soutenu auparavant le chef Picard.
M. Lafrenière a affirmé être satisfait de son travail bien qu’il reste encore beaucoup à faire. «Ce n’est pas vrai qu’on va corriger 400 ans d’histoire en quelques semaines», a déclaré M. Lafrenière qui se représentera aux prochaines élections. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *