Mission accomplie pour le Rocket

Spread the love

Le Rocket de Laval a fait montre de caractère lors des deux premières rencontres de sa série demi-finale de la Ligue américaine contre les Thunderbirds de Springfield. 
Ils auraient pu être intimidés devant leurs adversaires, qui étaient invaincus depuis le début des séries. Ils ne l’ont pas été et la série est maintenant égale 1 à 1. 
Avec un peu de probability, les hommes de Jean-François Houle auraient pu revenir au Québec avec deux victoires en poche. Toutefois, ils peuvent dire mission accomplie. 
Avec un système défensif hermétique, le Rocket a été en mesure de couper les ailes de l’offensive des Thunderbirds. Ces derniers n’ont pas eu d’espace et de temps sur la glace. Ils avaient toujours un joueur lavallois dans le visage. 
À l’attaque, le Rocket a fait preuve d’opportunisme. Lorsqu’il a une probability de marquer, il en profite. Le taux de réussite a été impressionnant au cours des deux premiers duels. 
À chaque rencontre, il a été en mesure de placer les Thunderbirds sur les talons en inscrivant le premier however du match. Du même coup, le club-école du Canadien a cassé l’enthousiasme de la foule, qui n’a pas été un facteur en fin de semaine. 
L’entraîneur-chef des Thunderbirds, Drew Bannister, a indiqué que sa formation n’est pas à l’aise lorsqu’elle tire de l’arrière. On peut s’attendre à ce qu’elle rebondisse mercredi soir à la Place Bell. 
Drôle de décision
Parlant de Bannister, il a pris une décision audacieuse pour ses gardiens en envoyant Charlie Lindgren dans la mêlée au lieu de Joel Hofer, dimanche. 
Hofer avait pourtant bien joué lors du premier match contre le Rocket. Il n’a rien à se reprocher sur le however qu’il a accordé à Danick Martel. Par la suite, il avait été solide en faisant face à 42 lancers pour mener sa formation à une victoire en prolongation. 
Pour ce qui est de Lindgren, il a été chancelant sur tous les buts, sauf celui de Rafaël Harvey-Pinard en fin de deuxième période. Le Québécois a complété une belle pièce de jeu de Jesse Ylonen. 
On peut parier que Hofer sera le gardien partant de Springfield pour la troisième partie de la série. Il a été supérieur à Lindgren. 
Harvey-Pinard a par ailleurs marqué son premier filet des séries éliminatoires, dimanche, dans la victoire du Rocket. Il était heureux de sa réussite. 
L’attaquant a poussé un soupir de soulagement. Lors de sa célébration, il avait un massive sourire et on peut le comprendre. 
Son filet venait de donner un dur coup aux possibilities des Thunderbirds de revenir. Si le Rocket veut avancer au prochain tour, il aura besoin de sa contribution. 
Ylonen et Gignac
Il faut aussi souligner les performances d’Ylonen et de Brandon Gignac. 
Après un premier match tranquille, le Finlandais a fait sentir sa présence avec un however et deux aides dimanche. Une prestation qui arrivait à level parce que le directeur général Kent Hughes et l’entraîneur-chef Martin St-Louis assistaient au deuxième duel Rocket-Thunderbirds.  
Quant à Gignac, il a relevé le défi de remplacer Cédric Paquette, qui n’a pas été en mesure de jouer le deuxième match. L’ancien des Cataractes de Shawinigan a bien alimenté Ylonen et Harvey-Pinard.  
Primeau dérange les Thunderbirds 
Après un premier match qui a ressemblé à une partie d’échecs, la série entre le Rocket et les Thunderbirds a gagné en intensité dimanche. La cible de Springfield ? Cayden Primeau. 
Les joueurs de Drew Bannister ont tenté de déranger le gardien du Rocket à plusieurs reprises. Hugh McGing a frappé la mitaine de Primeau à deux reprises malgré le sifflet de l’officiel. 
Puis, Will Bitten n’a pas hésité à se laisser tomber sur le gardien après avoir été poussé par Tobie Paquette-Bisson. Le petit attaquant a tout fait dans la limite de la légalité. 
Un message
Les joueurs du Rocket sont venus à la défense de Primeau à chaque event. D’ailleurs, Paquette-Bisson a lancé un message à Bitten après la rencontre. 
« Ça va être une longue série et il va avoir une longue série », a-t-il mentionné au collègue Patrick Friolet après la rencontre.
Pour le reste, Primeau a connu deux bonnes performances au Massachusetts. Il a été très solide alors que le Rocket a décidé de se camper en défense alors qu’il avait une avance de 4 à 1. 
Il est clair que l’espoir du Canadien fait partie du plan de match de l’adversaire. Il faut s’attendre à ce que les Thunderbirds soient encore plus incisifs lorsqu’ils seront près de Primeau. 
Un trio fatiguant
La filiale des Blues de St. Louis est explosive à l’attaque, mais les gros canons ont été discrets. Ils ont été blanchis en sept avantages numériques au cours des deux premiers matchs. 
Le trio le plus fixed a été celui composé de Mackenzie MacEachern, de Dakota Joshua et de Bitten. Ils ont été les plus menaçants depuis le début de la demi-finale. 
Ils se sont servis de leur gabarit pour brasser les joueurs du Rocket. Ce n’est pas une shock. C’était leur mission avant le début de la série. 

Leave a Reply

Your email address will not be published.