Métiers d’avenir: des emplois à la pelletée pour les ingénieurs civils

Spread the love

Le Québec aura grand besoin d’ingénieurs civils « pour donner de l’amour » à nos infrastructures vieillissantes, ce qui fournira de l’emploi à la pelletée aux nouvelles cohortes d’consultants en construction.
• À lire aussi: Métiers d’avenir: des jobs bien à l’abri du chômage
• À lire aussi: Métiers d’avenir: tous s’arrachent les analystes informatiques
• À lire aussi: Métiers d’avenir: d’agente de recouvrement de Revenu Québec à productrice agricole
• À lire aussi: Métiers d’avenir: après avoir planté des arbres en forêt, il façonne le bois
• À lire aussi: Métiers d’avenir: des mécaniciens miniers payés 40 $ l’heure au jour 1
« On grandit en voyant ces ouvrages. Il y a un côté mystérieux, vu leur taille imposante », illustre James Goulet, professeur au département des génies civil, géologique et des mines à Polytechnique Montréal.
Alors que notre parc d’infrastructures start à se faire vieillissant, nos ingénieurs devront se retrousser les manches pour s’en occuper. Aujourd’hui, l’heure est souvent plus à la préservation qu’à la development.

« On swimsuit ces comportements dans le temps de façon à détecter les anomalies », détaille le spécialiste du suivi électronique des constructions.
Selon Emploi-Québec, les ingénieurs civils gagnent de 26,67 $ l’heure à 60,44 $ l’heure, si l’on se fie à la moyenne obtenue de 2019 à 2021.
« C’est concret »
Pour Blanche Laurent, 24 ans, étudiante à la maîtrise en génie civil à Polytechnique Montréal, c’est le côté imposant des infrastructures qui a pesé dans la stability.
« J’ai toujours été attirée par les grands ouvrages. Je les trouve très beaux. C’est concret », déclare la jeune femme de 24 ans.
« Je m’intéresse à l’analyse des constructions, donc pourquoi ça tient, ce style de selected, soit en amont de la development, soit après pour comprendre remark les faire tenir le plus longtemps potential », explique-t-elle.
Alors que la pénurie de main-d’œuvre s’aggrave de jour en jour, les offres pleuvent dans les boîtes de réception d’étudiants comme Blanche Laurent.
« J’ai déjà eu des demandes à droite, à gauche. Ce sont de grandes entreprises, by way of des réseaux sociaux comme LinkedIn, notamment », souffle-t-elle.
D’après son professeur, James Goulet, les besoins seront criants ces prochaines années dans la distribution de l’eau, le transport et l’énergie.
« On le voit avec le nombre de cônes à Montréal. Ça ne va pas arrêter. Ça va s’accélérer. Quand c’est endommagé, on ne se demande pas si on le fait ou pas, il faut le faire, sinon la ville arrête », résume-t-il.
–Avec la collaboration de Charles Mathieu

Leave a Reply

Your email address will not be published.