Le manque de logements, un frein essential au développement de Fermont

Spread the love

La Ville de Fermont se retrouve avec un frein vital à son développement: la pénurie de logements pour accueillir les employés des PME de la municipalité nord-côtière. 
Si les grandes compagnies minières et establishments comme le centre de santé et la fee scolaire ont les moyens et les ressources pour loger leurs travailleurs, ce n’est pas le cas des PME. Déjà, en raison d’un manque de personnel vital, la seule épicerie de Fermont est fermée tous les mardis, depuis 8 mois.
Le maire de Fermont, Martin Saint-Laurent, est très conscient du problème qui begin sérieusement à menacer les providers à la inhabitants. «Les maisons du marché libre, il y en a quelques-unes. Elles sont extrêmement chères. Il n’y en a presque pas à vendre.»
Une lumière au bout du tunnel ?
Pour améliorer la scenario, la coopérative d’habitation communautaire de Fermont a vu le jour. La Ville lui cédera une vingtaine de terrains pour y construire une quarantaine de logements dans des jumelés.
L’administration municipale est en attente d’une réponse à une demande de subvention du Programme d’habitation abordable du gouvernement du Québec. Selon Martin Saint-Laurent, la réalisation de ce projet est devenue un incontournable pour favoriser le recrutement de personnel.
«La fee scolaire, le centre de santé, Champion, ArcelorMittal sont capables de loger leurs travailleurs. Toutes les entreprises qui ont les moyens de loger ont moins de difficultés au recrutement parce qu’eux, peuvent faire des annonces à la grandeur du Québec.»
«Le parc industriel est plein.»
La Ville de Fermont souhaite aussi devenir plus attrayante pour les entreprises qui œuvrent auprès des compagnies minières. Étant donné le manque de territoires dans son parc industriel, le dernier growth minier a favorisé son voisin, Labrador Metropolis.
«On n’était pas nécessairement prêt et on n’avait pas de terrain préparé pour accueillir tout ça. Donc, beaucoup d’entreprises se sont installées au Labrador. Ce qu’on veut, c’est se préparer le plus potential. On sait que présentement, il y a un sure engouement. Le prix du concentré est élevé. Il y a des investissements chez les minières», a indiqué Martin Saint-Laurent.
La Ville a donc amorcé le processus d’acquisition de terres publiques près de la route 389 afin d’accueillir ces PME. «Ce serait en 2 phases. S’il y a beaucoup de demandes, on a prévu le coup en ayant plusieurs terrains.»
Martin Saint-Laurent souhaite la collaboration des minières pour qu’elles incitent leurs fournisseurs à s’installer à Fermont et ainsi favoriser des retombées économiques locales.

Leave a Reply

Your email address will not be published.